Témoignage : Le GIP donne la parole à Sophie Goument, Responsable de la cellule des marchés du Centre D'Action Sociale de la Ville de Paris

/ Actualités

Sophie Goument, Responsable de la cellule des marchés du Centre D'Action Sociale de la Ville de Paris

Le Centre d'action sociale de la Ville de Paris (CASVP) [1] met en œuvre la politique municipale d’action sociale. Il propose de nombreuses prestations créées par la Ville de Paris pour ses habitants au sein de ses 20 Centres d'action sociale-Ville de Paris et participe à l’instruction des prestations d’aide sociale légale pour le compte du Département et de l’État.

 

Le CASVP gère des antennes de Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ainsi qu’un service d’aide à domicile (Paris Domicile) et 284 établissements (EHPAD, résidences services, clubs séniors, centres d’hébergement...). Ses objectifs permanents sont de lutter contre toutes les formes d'exclusion, réduire les inégalités, garantir les droits et faciliter l'accès aux droits.

 

Quelles sont les missions de la cellule marchés dont vous avez la responsabilité ?

J’ai intégré le CASVP le 1er septembre 2018 en tant que responsable de la cellule des marchés, en charge d’une équipe constituée aujourd’hui de cinq agents (secrétaires administratifs de catégorie B). Ma fonction principale est de sécuriser juridiquement les marchés, c’est-à-dire de vérifier la conformité et le bon déroulement des différentes étapes de chaque procédure : relecture et publication des DCE ainsi que la relecture des rapports d’analyse des offres préparés par les services acheteurs. Une fois que le marché a été attribué en CAO (ou en commission interne pour les marchés de plus faible montant) la cellule des marchés se charge de le mettre à la signature, de l’envoi des actes au contrôle de légalité et de la notification à l’attributaire.

Par ailleurs le service est chargé de superviser toutes les dépenses ponctuelles hors marché (inférieures au seuil de 40 000 €) de manière à les agréger par nomenclatures achats ; cela permet, notamment, d’alerter les services quand un besoin dépasse les seuils afin de lancer une consultation pour ce besoin. L’autre fonction de notre service est également de valider la saisie des marchés dans un outil de gestion financière afin que ceux-ci puissent s’exécuter sans difficulté ; ce contrôle permettra de sécuriser le flux PES de dématérialisation des pièces de marché au trésorier.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre perception des marchés publics ?

Selon moi « la matière » des marchés publics est avant tout juridique et elle ne s’appréhende pas facilement (elle reste compliquée) même si le législateur a la volonté d’être plus didactique :  elle nécessite de s’approprier le vocable autour des marchés publics, de comprendre la logique d’achat, d’y passer beaucoup de temps, de s’interroger sur l’évolution de la jurisprudence…

Quels services Maximilien utilisez-vous principalement ? Ceux-ci répondent-ils à vos besoins ?

Nous apprécions l’outil de la plateforme Maximilien qui nous permet de diffuser nos annonces de marchés publics et de mettre en concurrence les différentes entreprises. Cette plateforme, dont le fonctionnement dans son ensemble est très limpide, comporte toutes les fonctionnalités, simples à utiliser et exhaustives dont nous avons besoin : la salle des marchés MPE ainsi que le module ACTES pour l’envoi des pièces au contrôle de légalité. La plateforme répond à tous nos besoins, elle remplit bien le cahier des charges du code de la commande publique. Quant au module ACTES, il est rapide et nous fait gagner du temps (il n’est plus nécessaire de se déplacer en préfecture) et des coûts d’impression.

Afin de compléter mon utilisation des services MPE et ACTES de la plateforme j’ai suivi récemment une formation à la prise en main du module de parapheur électronique que je compte mettre en oeuvre dès que possible après l’avoir testé en interne avec les services et la Directrice générale. J’aimerais également mettre en place l’outil de gestion i-delibRE. En résumé j’aimerais utiliser tous les outils de la plateforme car, du point de vue des applications et des logiciels je considère que Maximilien est à la pointe de ce qu’on peut avoir besoin en matière de marchés publics.

Quelles relations entretenez-vous avec le GIP Maximilien ?

En 2018 j’ai intégré le groupe de travail pour la mise en place de la nouvelle plateforme qui a eu lieu en mai 2019. Mes échanges avec Maximilien sont conviviaux et détendus et l’accompagnement de l’équipe est rassurant. J’obtiens toujours une réponse pragmatique à mes questions, il y a toujours une solution. De plus la plateforme est accessible depuis n’importe quel poste de travail ce qui me permet d’accéder à tout moment à toute l’information sur les marchés publics que nous avons mis en ligne.

Pour finir, je dirais que j’apprécie plus particulièrement les clubs utilisateurs comme celui sur le module REDAC ; d’ailleurs je souhaite que ceux-ci soient de plus en plus fréquents car ils permettent de rencontrer d’autres acheteurs publics, de faire partie d’une communauté conviviale.

 [1] Le Centre d'action sociale de la Ville de Paris (CASVP) est un établissement public de droit commun dont le président du Conseil d’Administration est la Maire de Paris.

Le CASVP en chiffres :

  • Environ 250 marchés signés par an pour un montant global de 50 à 55 millions d’euros,
  • 1/3 des marchés concernent des travaux, 2/3 des marchés de services et de fournitures.