La MACS fête ses deux ans !

/ Tout voir - Actualités MACS

Depuis maintenant deux ans, la Mission d’Appui au développement des Clauses Sociales, pilotée par le GIP Maximilien, agit en Ile-de-France afin d’amplifier les dispositifs d’insertion professionnelle via les marchés publics. Découvrez son bilan et ses perspectives !

 

Coordination et maillage territorial

Une des missions principales de la MACS est de contribuer à la coordination des acteurs locaux pour un essor harmonisé des clauses sociales sur le territoire régional. A cette fin, le préfet d’Ile de France a rappelé, en fin d’année 2016, aux collectivités locales, aux membres de la MACS et aux relais locaux les objectifs de mobilisation des acteurs régionaux et de développement des clauses sociales dans la commande publique.

A travers quatorze ateliers thématiques rassemblant les coordinations départementales et les experts partenaires (GRAFIE, URTIE, UNEA, Réseau Gesat) ainsi que dix groupes de travail associant les grands donneurs d’ordre, les services publics de l’emploi et les fédérations d’entreprises, des points techniques sont abordés pour construire une pratique uniforme et partagée. Liste des publics éligibles à la clause, bonnes pratiques des secteurs de l’IAE, du handicap et de l’ESS, financement des postes de facilitateurs…tels sont certains sujets qui ont été l’objet de partages et de propositions communes entre les différents acteurs. La production de fiches bonnes pratiques et des témoignages ont également participé à ce développement.

 Accompagnement des donneurs d’ordre

 Parallèlement, la MACS a été initiatrice d’une forte communication à destination des collectivités publiques. La mise en place de rencontres Openmap ESS a été l’occasion de démontrer l’apport des clauses sociales dans un secteur particulier : numérique en mai 2017, économie circulaire (filière déchet) en novembre 2017 et prestations de restauration/traiteur en mai 2018. Entre 130 et 170 participants ont pris part à ces différents évènements. Des rendez-vous bilatéraux entre une dizaine d’acheteurs publics et plusieurs structures de l’ESS lors de ces évènements permettent d’envisager des collaborations futures et de favoriser l’interconnaissance.

Dans le cadre des travaux du Grand Paris et de la charte de Responsabilité Sociale des Entreprises pour la réalisation des marchés du Grand Paris, un accompagnement plus rapproché de SNCF Réseau Ile-de-France a été entrepris. Il s’est concrétisé, par exemple, par l’analyse des projections de marchés pour mieux anticiper la mise en place de clauses sociales sur les territoires. De nouveaux acteurs ont pu également bénéficier de cet accompagnement, comme par exemple la Plate-forme régionale des achats de l’Etat.

 Mise en place d’un observatoire des clauses sociales

La définition d’indicateurs communs entre les partenaires de la MACS pour le bilan régional 2016 a été une première étape pour la production de données relatives aux clauses. Une nouvelle version d’indicateurs a été travaillée début 2017 pour répondre au mieux aux pratiques de terrain. Le lancement d’un observatoire régional des clauses sociales en décembre 2017 a formalisé la volonté du Préfet de la région Ile-de-France de construire un outil de mesure et d’analyse des données des clauses sociales.

La MACS poursuivra cette mise en place au second semestre 2018, dans un souci de transparence dans la transmission des données afin de pouvoir élargir au maximum le champ de l’observatoire. L’objectif sera de produire des panoramas annuels et des études thématiques concernant le déploiement des clauses sociales sur le territoire francilien. En parallèle, un accès en open data permettra à chaque acteur de la MACS d’évaluer en temps réel la progression de plusieurs indicateurs concernant les marchés. Une analyse plus fine de l’évolution des clauses sera l’occasion d’identifier des axes d’amélioration dans leur développement. A titre d’exemple, la MACS pourra se pencher sur la diversification des types de clauses sociales (86% de clauses en condition d’exécution en 2016) et la féminisation des bénéficiaires (85% d’hommes en 2016).